• Ian Moore

Le Bed & Breakfast Man

“ Allô, c’est bien La Pause - chambres d’hôtes?”

“ Oui,” ai-je répondu de façon abrupte. C’était dimanche, assez tard et je n’aime pas parler au téléphone, surtout au téléphone en français.

“ Vous êtes le propriétaire?” a continué la voix enjouée.

“ Oui”, soudain surpris par mon nouveau rôle. “Oui, c’est moi,” ai-je repris avec, j’espère, un peu plus d’assurance dans la voix.

“ J’aimerais réserver une chambre pour le 16.”

“ Bien, nous avons de la place à cette date.” J’essayais de paraître professionnel.

“ Pour deux adultes et un enfant.”

“ Pas de souci.” Je commençais à me sentir plus à l’aise. “Quel âge a l’enfant?”

Il y a eu un temps d’arrêt. “Hum,” a repris la voix, “Il a 21 ans.”

“ Ah! bon, faudra-t-il la chaise de bébé au petit déjeuner?”


Voila donc comment ma première semaine “d’hôte de chambre” s’est terminée. Ce qui avait commencé comme une nouvelle entreprise avec quelque trépidation, puis un succès avec les chambres au complet notre premier week-end, a fini avec la requête canaille d’un type qui voulait s’épargner 20€ sur le prix de son “enfant”. Quel début!


Natalie et moi, nous avons passé par toutes sortes d’émotions. Nous sommes extrêmement fiers de ce que nous avons accompli avec La Pause. C’est plus chouette que notre propre maison, mais l’ennui est que nous sommes aussi “en devanture” en tant qu’hôtes et on nous jugera sur nos talents divers pour ce qui est l’hospitalité autant que le confort et le décor que nous offrons. Et il faut avouer qu’en général on ne me connaît pas comme étant le genre chaleureux, généreux etc. ... plutôt un bonhomme renfrogné, quelque peu menaçant mais de façon bénigne peut-être; donc certaines personnes ont exprimé de la surprise quand je leur ai parlé de mon nouveau rôle.


“ Toi? un hôte?” et d’abord ils rigolent parce qu’ils pensent que c’est une blague puis ils réalisent que c’est vrai et s’exclament “ Hé bien, mon vieux! ”


Nous avons dit depuis longtemps qu’il fallait utiliser pleinement cette grande propriété et “La Pause” en est le résultat. Cela fait 14 ans que je fais l’aller et venue entre la France et le Royaume-Uni, un abrûtissement hebdomadaire, alors depuis quelque temps j’ai décidé de ralentir et de diminuer le nombre de “gigs” que je fais. Brexit m’a peut-être forcé la main, mais encore plus la cause profonde est sans doute ma surprenante décrépitude physique, dûe à 14 années de voyages incessants dans des modes de transport bon marché et impitoyables pour mon pauvre corps - deux hernies discales, de la sciatique et de l’arthrose. Le matin, au saut du lit, j’entends tellement de craquements et de gémissements que j’ai l’impression d’un corps en état de démolition avancée.


Je ne veux pas dire que je déteste mon boulot; au contraire j’adore être sur scène, mais le reste, non - changer d’hôtel sans arrêt, être l’esclave des horaires de train, d’avion,de bateau, attendre pendant des heures dans le froid, la grisaille ou la pluie ... ...

Je suis réellement enthousiasmé à l’idée de remplir ce nouveau rôle. Oui, bien sûr, être

constammant de bonne humeur et offrir sans cesse de la chaleur humaine peut représenter un défi, mais si tout se passe dans le futur comme dans la première semaine ce sera aussi beaucoup de bonheur.


Un établissement chambres d’hôtes semble être bien plus qu’un B&B. Les Français qui aiment tant la convivialité autour d’une bonne table ont l’air de se servir des chambres d’hôtes pour faire des rencontres et sympathiser. Alors que dans les B&B où j’ai logé au Royaume-Uni les gens avaient peur de tout échange avec les autres. Samedi dernier, après le peitit déjeuner, nous avions des clients qui se voyaient pour la première fois occupés à échanger leurs coordonnées, avec des promesses de “rester en contact”. Apparamment j’ai été l’instrument de la bonne ambiance lorsque j’ai proposé de leur servir à tous un petit déjeuner à l’anglaise, une version “nouvelle cuisine” de mets frits divers qu’ils ont adorés. Enfin, pas tout à fait tout le monde, car une jeune fille qui était végétarienne a regardé avec horreur quand je l’ai servie.


“ Mais je suis debout depuis 5 heures du matin,” me suis-je écrié sans aucune retenue et aussitôt toutes les mauvaises prédictions de mes amis sur mon ineptitude en matière d’hôtellerie semblaient se réaliser, tout comme Basil Fawlty. Heureusement ils ont tous commencé à rire, pensant que c’était une bonne plaisanterie de ma part.

A la suite de la première semaine nous avons eu des avis fantastiques et reçu le label "Quatre Clés" de Clé-Vacances. J'ai enfin réussi à comprendre comment marchent les radiateurs "intelligent". J'ai appris le français pour "Je ne gère pas de bordel!" et j'ai changé les draps sans enlever la couette comme une femme de ménage ninja!


Toutes les années passées à voyager et coucher dans des chambres d’hôtels m’ont appris ce qui est important pour un invité; de petits riens comme par exemple une bouteille d’eau gratis peuvent faire toute la différence. Enfin, parce que je suis un vétéran du voyage j’ai amassé toute une collection de petites savonnettes d’hôtel mises à la disposition des clients qui maintenant décorent nos salles de bains “de luxe”. Je devrais dire “décoraient” car un de nos derniers invités, un commercial, n’a rien trouvé de mieux que de voler mes savonnettes volées!


Plus que toute autre chose cela a été du pur bonheur, surtout que j’étais à la maison pour une fois. Nous avons la chance d’avoir une superbe propriété dans un beau coin du monde et habiter là me remplit de bonheur. Je suis sûr que vous y seriez heureux aussi, alors j’espère vous y accueillir un jour ... ...


Une série de blogs racontant la vie d’un hotelier en France rurale. Pour comprendre comment on est arrivé là, voici mes deux livres “best sellers”:

170 views